CBDA : qu’est-ce que le Cannabidiol-Acide et quelles sont ses propriétés ?

Le cannabidiol (CBD) et le tétrahydrocannabinol (THC) sont les deux cannabinoïdes issus du plant de chanvre les mieux connus. Mais ce ne sont pas les seuls, loin de là ! On connaît moins les formes acides de ces cannabinoïdes, qui sont pourtant abondantes dans le chanvre brut. Ainsi, le cannabidiol-acide (CBDA), le cannabinoïde le plus abondant dans la plante, peut être considéré comme le précurseur du CBD. De quoi s’agit-il exactement, et quelles sont les propriétés théoriques de l’acide cannabidiolique ? On fait le point.

Qu’est-ce que le CBDA ?

Le cannabidiol-acide (CBDA), ou acide cannabidiolique, est l’un des nombreux composants du plant de chanvre. C’est aussi l’un des plus abondants. Ces composants, appelés cannabinoïdes, lorsqu’ils sont ingérés, interagissent avec les récepteurs du système endocannabinoïde de l’organisme pour produire des effets variés, allant de l’euphorie (c’est le cas du THC) à l’amélioration de certains symptômes comme l’anxiété, les convulsions ou les douleurs chroniques (c’est le cas du CBD).

Dans des contextes bien spécifiques, notamment sous l’effet de la chaleur ou d’une catalyse, ou simplement par l’action des rayons du soleil, le CBDA est amené à perdre son groupe carboné sous forme de vapeur d’eau et de dioxyde de carbone, et à se convertir en une autre molécule, mieux connue du grand public : le cannabidiol (CBD). On parle de « décarboxylation » ou, plus familièrement, d’ « activation » du cannabidiol-acide. C’est cette forme que l’on utilise pour fabriquer des produits à base de cannabidiol comme les huiles de CBD vendues dans le commerce. Il est également possible d’utiliser le plant de chanvre brut et de le chauffer ou de le fumer pour transformer le CBDA en CBD.

On peut dire que l’acide cannabidiolique est le précurseur du cannabidiol, ou sa version brute. Il en est une forme « inactive », tandis que le CBD est « actif ». Pour autant, le CBDA n’est pas le cannabinoïde « originel ». La mère des cannabinoïdes n’est autre que l’acide cannabigérolique (CBGA), qui se convertit en trois composants précurseurs majeurs en fonction des enzymes activées dans la plante : l’acide tétrahydrocannabinolique (THCA), l’acide cannabichroménique (CBCA) et, donc, l’acide cannabidiolique (CBDA).

Comment agit le cannabidiol-acide ?

Ces dernières années, les cannabinoïdes se sont installés sur le devant de la scène thérapeutique. Bien que la recherche soit encore à l’état embryonnaire, on s’accorde à dire que les substances actives issues du plant de chanvre pourraient avoir des effets bénéfiques sur l’organisme et contribuer à lutter contre une multitude de pathologies et de maux. Le cannabis thérapeutique (généralement un mélange de CBD et de THC) est déjà employé dans plusieurs pays pour soulager les douleurs chroniques, les inflammations, les nausées et les vomissements, les crises épileptiques, etc. Mais qu’en est-il du cannabidiol-acide ? Ce précurseur du cannabidiol a-t-il les mêmes effets que le CBD ?

Dans l’état actuel des choses, on sait que les acides cannabinoïdes n’agissent pas de la même manière que les cannabinoïdes. Le THC et le CBD interagissent directement avec les récepteurs CB1 et CB2 de notre système endocannabinoïde (SEC), pour moduler l’information envoyée au cerveau et/ou au système immunitaire.

Mais ce n’est pas le cas des versions « acides » des cannabinoïdes. Celles-ci entrent en réaction avec le SEC pour inhiber la production de cyclooxygénases-2 (COX-2), des enzymes associées au processus d’inflammation – ce qu’une étude japonaise montrait déjà en 2008. En d’autres termes, l’acide cannabidiolique peut contribuer à réduire l’inflammation et les douleurs afférentes, comme le fait le CBD, mais par le biais d’un processus différent.

Quelles sont les propriétés de l’acide cannabidiolique ?

Outre son action contre l’inflammation, le CBDA présente d’autres propriétés intéressantes. En particulier, il peut agir sur les récepteurs 5-HT activés par la sérotonine. Ces récepteurs jouent un rôle dans une grande variété de comportements – humeur, anxiété, mémoire et apprentissage, appétit, addiction, agressivité, cognition, etc. Par le biais de ces récepteurs, le cannabidiol-acide aurait la capacité d’aider…

  • à réduire les nausées provoquées par la prise de traitements lourds (chimiothérapies) comme l’indique une étude de 2013,
  • à diminuer les convulsions dues aux maladies neurologiques,
  • à lutter contre les comportements anxieux et dépressifs (les récepteurs 5-HT étant ciblés par les inhibiteurs contenus dans les antidépresseurs).

À certains égards, le CBDA pourrait avoir des effets plus puissants encore que le CBD : son affinité avec les récepteurs 5-HT serait jusqu’à 100 fois plus élevée. Notamment en raison de la capacité de l’organisme à métaboliser ce composant plus vite, et avec moins d’efforts. En outre, des études préliminaires tendent à montrer que cette substance pourrait stopper la migration de cellules malignes dans des formes particulièrement agressives de cancers du sein (un exemple d’étude datée de 2012 est à lire sur cette page).

En conclusion, que faut-il attendre du CBDA ?

Parce que le CBDA est une version « brute » et inactive du CBD, on a longtemps cru qu’il n’avait pas d’effets similaires à ce dernier. Mais depuis quelques années, la recherche remet en cause ce présupposé. On sait désormais aujourd’hui que le CBDA agit différemment sur le système endocannabinoïde du corps humain – mais qu’il agit tout de même.

Les études tendent à montrer son rôle dans un grand nombre de processus – inflammations, nausées, convulsions, voire migration des cellules cancéreuses – et à souligner son efficacité. C’est pourquoi, à l’avenir, il est envisageable d’affiner le processus de fabrication des produits à base de cannabidiol afin de conserver un maximum de CBDA. Cela, en sachant que le mélange CBDA/CBD est susceptible de booster la biodisponibilité de ce dernier (c’est-à-dire la proportion de la substance qui atteint la circulation sanguine sans subir de changement), donc son efficacité. C’est d’autant plus intéressant que le cannabidiol-acide, tout comme le cannabidiol sous sa forme activée, reste sans effets psychoactifs au contraire du THC, et qu’il est dénué d’effets indésirables.

Néanmoins, il faut garder à l’esprit que les études sont précliniques pour la plupart, c’est-à-dire réalisées sur des animaux. Même si les perspectives sont prometteuses, les bienfaits du cannabidiol-acide sur les êtres humains restent encore à démontrer. En attendant, il est toujours possible – et sans risques – de consommer des produits à base de CBD.

Découvrez sans plus attendre tous les autres Cannabinoïdes : CBGCBCCBTCBN